Nous contacter

Par téléphone

02 41 33 04 04

Par email

 

Par courrier postal

Toute l'équipe de la pharmacie Loubrieu vous souhaite une Bonne Journée !

LA PHARMACIE DE GARDE

DU 20 juillet 2017
Appelez le 3237
chargement...
Espace promotion Promo juin/juillet
 

QUI S'Y FROTTE S'Y PIQUE

imprimer

Avec quelque 3 000 variétés de moustiques sur Terre, 3 000 sortes de taons, 2 000 espèces d’abeilles ou de frelons, «le monde entier est un cactus» pour qui ne prend pas ses précautions.

Sur l’Hexagone, la plupart des insectes piqueurs sont inoffensifs, mais un petit nombre d’ entre eux peut transmettre une maladie (les tiques, les moustiques et les phlébotomes) ou provoquer un choc mortel chez les allergiques.


Ceux qui font plus de peur que de mal

 

Les coupables

Les abeilles piquent si elles se sentent menacées. Les bourdons piquent rarement et possèdent un dard lisse, qui ne reste pas fiché dans la peau. Les frelons et les guêpessont nettement plus agressifs et en outre, la guêpe peut piquer plusieurs fois.
Les taons sont des mouches qui piquent et sucent le sang, d’où une vive réaction cutanée avec œdème et démangeaisons.
Enfin, malgré leur mauvaise réputation, une seule araignée est vraiment gênante en France métropolitaine. Il s’agit de la «veuve noire» rencontrée en Provence, qui entraîne une vive douleur en cas de morsure.

La prévention

Il est recommandé de ne pas asticoter et agacer ces petites bêtes. Les répulsifs sont recommandés si vous mangez dehors car la bonne chair attire les guêpes. En cas de pique-nique à la campagne, il est conseillé d’éviter de porter des couleurs vives et de vous agiter à leur approche.

Le bon réflexe

Il n’y a pas de danger sauf en cas d’attaque par un essaim d’abeilles ou chez une personne allergique susceptible de réagir par un œdème ou un état de choc. Il est recommandé pour cette dernière d’avoir un «stylo» d’adrénaline injectable à portée de la main (sur ordonnance), à utiliser dès les signes avant-coureurs du malaise. Sinon, la piqûre est «juste» douloureuse. Pour soulager, il est recommandé d’aspirer le venin avec une pompe à venin si vous en avez sous la main. A défaut, il est conseillé d’approcher une source de chaleur – sans se brûler – car le venin des hyménoptères (abeilles, guêpes…) est détruit par la chaleur. Après avoir retiré le dard des abeilles avec une pince à écharde, il est préférable de désinfecter et appliquer une crème antihistaminique.

Ceux qui peuvent nous transmettre des maladies

 

Les moustiques

Notre peau émettant plus de 270 substances capables de les attirer, les répulsifs ne sont pas de trop. Comme les moustiques piquent surtout en soirée, il est préférable de porter des vêtements clairs et couvrants après 21 heures, et de poser des moustiquaires aux fenêtres et éviter les points d’eau aux abords de la maison (les femelles y pondent leurs œufs). En cas de piqûre, il est recommandé de désinfecter et de mettre une crème antihistaminique. Sur l’Hexagone, il arrive (rarement) que la femelle moustique nous transmette un parasite : en 30 ans, l’OMS a comptabilisé une trentaine de cas de paludisme importé, mais un insecticide est désormais pulvérisé avant le départ des avions, ce qui limite ce risque.

Les phlébotomes

Localisés en région méditerranéenne, ces insectes peuvent transmettre un parasite responsable de la leishmaniose viscérale qui se manifeste des mois après la piqûre, par une fièvre irrégulière avec amaigrissement, pâleur, fatigue et essoufflement. Devant l’apparition de tels signes, il est recommandable de consulter un médecin car le traitement médical est indispensable. Les phlébotomes piquent même nos chiens et chez eux la maladie est grave, voire mortelle : il n’y a pas de vaccin, mais un collier à porter en prévention, à base de deltaméthrine.

Les tiques

L’utilisation des répulsifs ainsi que le port de vêtements longs permet d’éviter les piqûres de tiques. Si malgré tout vous en trouvez une sur la peau, il est conseillé de la retirer avec un crochet spécial, sans l’endormir au préalable. Ensuite la désinfection et la surveillance de  la plaie sont conseillées car si elle forme une sorte d’abcès – évocateur d’une infection bactérienne – une antibiothérapie peut être nécessaire. Il arrive en effet que la tique inocule des bactéries responsables de la maladie de Lyme (avec symptômes articulaires, neurologiques et cardiaques) ou de la rickettsiose (avec fièvre, maux de tête, éruption cutanée, voire septicémie). Consulter votre médecin est alors de rigueur.